Bienvenue sur Info-psi.com - Utilisez ce menu pour naviguer sur le site

Introduction

Dans l'optique de pouvoir proposer au plus grand nombre la possibilité de réaliser des expériences reproductibles de PK en environnement contrôlé, il s'est avéré nécessaire d'élaborer un protocole expérimental strict permettant de débusquer toutes les fraudes possibles et ainsi contribuer à les éviter. Pour le réaliser, il nous a fallu nous poser les questions suivantes : quelles sont les fraudes possibles, volontaires et involontaires ? Et ensuite quels sont les moyens possibles à notre disposition pour les éviter sans gêner le sujet ?

Le but des vidéos n'est pas de constituer en soi des preuves infaillibles de l'existence de la macro-PK, mais plutôt de créer une base de données expérimentale démontrant l'intérêt de porter plus loin les études sur ce phénomène, en particulier par l'organisation de sessions planifiées et contrôlées durant lesquelles plusieurs personnes ayant tendu à montrer un effet PK à travers leurs vidéos viendraient le reproduire à notre demande afin de l'étudier et surtout dans le but de le confirmer comme étant authentique. Ces vidéos serviront ainsi de guides expérimentaux.

Afin de rendre ces dernières valables, il nous faudra veiller à ce que leur qualité expérimentale soit la meilleure possible, et nous allons pour cela commencer par étudier les différentes fraudes possibles pour ensuite exposer les moyens de s'en protéger. Gardons néanmoins à l'esprit que la seule et unique preuve sera l'expérience contrôlée et en aucun cas de simples vidéos.


Les Fraudes et Biais Possibles

Les fraudes volontaires

1. Illusionnisme (V1)

La première cause de fraude est l'utilisation de trucage, créant ainsi une illusion. Toutes ces fraudes seront regroupées en tant que fraude V1-Illusionnisme. Elles peuvent consister en un mouvement d'air volontaire permettant de faire bouger l'objet, une manipulation magnétique de ce dernier, ou d'autres effets volontaires permettant de faire bouger l'objet hors champs de la caméra.

2. Retouche vidéo (V2)

Un autre moyen de fraude est la retouche vidéo. Cette pratique n'est pas très répandue, car plus difficile à réaliser que l'illusionnisme, mais doit être prise en compte par notre équipe pour s'assurer de l'authenticité de l'expérience, ceci pour des raisons évidentes de rigueur.

Les Biais Involontaires

Veuillez noter que tous les biais involontaires éventuels actuellement répertoriés ont été étudiés dans cet article, et nous nous basons donc sur ces expériences et sur les conclusions de cette étude pour élaborer ce protocole.

1. Vent, respiration, courants d'air (I1)

Le biais le plus fréquent vient de la respiration du sujet ou des mouvements de ses mains près de l'objet. Ces deux causes créent des fluctuations d'air autour de la pyramide et peuvent la faire bouger. Le phénomène peut également se produire à proximité d'une fenêtre ou s'il y a un courant d'air dans la pièce.

2. Chaleur des mains, convection thermique (I2)

Ce biais est souvent cité par les personnes sceptiques, cependant, nos expériences ont montré qu'il ne pouvait être retenu. Nous ne prendrons pas en compte ce biais puisqu'il n'a pas d'effets sur la pyramide.
(cf. Expériences #004, #008a et #008b)

3. Montage défectueux (I3)

On pourrait penser qu'un montage mal équilibré pourrait être la source d'un mouvement résiduel de recherche d'équilibre, ce qui constituerait donc bien un biais. Cependant, les différentes expériences que nous avons menées à ce sujet ne montrent pas de différence de stabilité particulière entre un bon et un mauvais montage.
(cf. Expériences #007 et #009)



Protocole Expérimental Recommandé

Eloignement de l'objet

Pour éviter la plupart des fraudes de type V1 et I1, la solution la plus simple semble être d'établir une "distance de sécurité" entre le sujet et l'objet.

Concernant une fraude volontaire par manipulation de quelque chose autour du dispositif afin de le faire bouger, un plan large du dispositif ainsi qu'un espace d'1m autour de lui semble suffisant. De plus, le dispositif devra se trouver sur un support transparent d'au-moins 10cm de hauteur.

Concernant les biais de type I1, l'expérience #002 nous indique qu'une distance d'1m entre le pratiquant et le dispositif suffit largement pour que l'effet de la respiration ne puisse plus faire bouger l'objet. De plus, il est conseillé de ne pas être au-même niveau que le dispositif, l'idéal étant de se trouver plus bas.

Ainsi, la 1ère règle du protocole implique que le sujet devra se trouver à 1m minimum de l'objet et filmer en plan large pour que l'expérience puisse être prise en considération en vue d'une étude rigoureuse par nos soins.

Horodatage de l'expérience

Pour contrôler en particulier les fraudes V2, nous avons jugé important de disposer d'une horloge dans le champ visuel de la caméra pendant le déroulement de l'expérience, cette dernière devant bouger en début et en fin de vidéo pour montrer directement l'appareil utilisé.

La 2ème règle du protocole implique qu'une horloge devra être présente à l'image durant toute la vidéo.

Support de l'objet

Pour contribuer à l'élimination des fraudes V1, il est vivement conseillé de placer l'objet sur un support intégralement transparent d'au-moins 15cm de hauteur. Ainsi, l'hypothèse d'un aimant placé en dessous pourra plus facilement être écartée.

La 3ème règle du protocole implique que l'objet devra se trouver sur un support transparent d'au-moins 15cm.

Contrôle aérien

Le sujet pouvant utiliser sa respiration pour frauder (intentionnellement ou non), des objets témoins, répliques exactes ou plus sensibles de l'original, seront disposées des quatre côtés de l'objet central. Ils devront être aussi rapprochés que possible de lui, et la somme de leurs mouvements être très proche de zéro, limitant ainsi grandement toute possibilité de souffle.

Un encens allumé pourra également être utilisé en tant que témoin, mais uniquement en utilisant des caméras de définition suffisante pour permettre de distinguer la fumée.

La 4ème règle du protocole implique que l'objet devra être entouré d'au-mois quatre objets témoins qui ne devront pas bouger durant l'expérience.

Vidéo à vide

Pour s'assurer de la stabilité du dispositif de chacun, les vidéos devront présenter un passage en début et fin d'expérience montrant l'objet considéré sans action volontaire du sujet. Ces derniers devront durer au moins 1 minute.

La 5ème règle du protocole implique que la vidéo devra comporter deux passages sans action du sujet sur l'objet.

Divers

Pour augmenter la crédibilité des vidéos réalisées, il sera demandé de montrer la pièce en plan large, et le sujet et l'objet devront toujours être visibles, ainsi qu'1m autour des 2. Dans le meilleur des cas, une vidéo supplémentaire en plan rapproché de l'objet permettrait de valider plus facilement les vidéos. Enfin, les vidéos de PK sous cloche ne seront acceptées que si la fermeture est hermétique et que ce fait soit mis en évidence, ainsi que si elles répondent bien à tous les autres critères, en particulier celui d'être sur un support transparent d'au-moins 15cm.



Résumé du protocole

Dans ce protocole, nous désignerons par "l'objet" celui sur lequel portera l'effet PK. Il pourra donc aussi bien s'agir d'une pyramide en papier que d'un stylo ou autre chose, à votre convenance. Nous désignerons par "le sujet" la personne qui réalisera l'action induisant le phénomène PK. Dans le cas où il y aurait plusieurs personnes sur la vidéo, la personne dirigeant l'expérience mais n'agissant pas sur le dispositif sera nommée "expérimentateur". Enfin, tous les dispositifs de contrôle seront nommés en tant que tel.

Protocole concernant le montage

Protocole concernant la vidéo

Protocole concernant le montage vidéo

Protocole supplémentaire facultatif


Traitement des vidéos

Les vidéos devront parvenir au comité de vérification dans leur format brut, et donc si possible non-compressées. Un serveur FTP sera mis en place pour accueillir les vidéos. Le responsable vidéo se chargera de compresser la vidéo pour la soumettre aux différents spécialistes qui rédigeront un rapport analytique à son sujet, en prenant soin de noter la qualité de l'expérience présentée, permettant d'analyser ainsi chacun de leur point de vue et de leur spécialité la possible réalité du phénomène présenté.

Ensuite, les rapports et notes seront centralisés et discutés en commun. Si la vidéo passe tous ces tests, alors elle sera soumise à la critique sur le site. Après 2 semaines, et selon les résultats de la présentation, la vidéo sera classée ou non en tant que résultat expérimental probant.


Ensuite ?

Toutes les vidéos démontrant avec une forte certitude un effet macro-PK seront présentées dans la page des résultats expérimentaux du laboratoire. Néanmoins, ce n'est pas suffisant. Il faudra de nombreuses répliques de la part de l'auteur, et finalement un test réel contrôlé pour valider le phénomène.

Les conditions des tests "en laboratoire" seront évaluées et choisies si besoin au moment où la possibilité d'une telle rencontre s'avèrera utile et s'adaptera au mieux aux sujets et aux conditions de rigueur expérimentale scientifique. Ces rencontres seront évidemment filmées et les résultats présentés sur le site par la suite.

Note : si le protocole décrit ici s'avère insuffisant ou demande à être modifié, il pourra l'être à n'importe quel moment. Le protocole est là pour valider les expériences et doit donc s'adapter aux différentes demandes tant qu'elles sont justifiées expérimentalement de manière rigoureuse et reproductible.


Retour aux protocoles PK - Retour en haut de la page


Article rédigé par : GregoryDF le 18 Octobre 2006
Dernière révision : 20 Septembre 2007 (Version 1.3)
Discuter de l'article dans les forums


Copyright © Info-psi 2007-2008 - Tous droits réservés - Optimisé 1024x768 minimum - Site version 1.0